MAGNIFIQUE CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE
Posté par      09/01/2022    Commentaires 0
MAGNIFIQUE CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE

Jusqu’à ce jour, seul le très beau Château Beaucastel produit à Courthézon par la famille Perrin figurait à notre catalogue de demi-bouteilles. Aujourd’hui, VINAdemi enrichit son catalogue en AOC Châteauneuf-du-Pape avec l’introduction de la demi-bouteille du grand Domaine Guigal. A cette occasion, nous vous proposons une petite escapade sur les traces de cette superbe appellation chargée d’histoire mais pourtant tellement contemporaine.

Châteauneuf-du-Pape CHâteau de Beaucastel en demi-bouteille Châteauneuf-du-Pape Domaine Guigal en demi-bouteille

Vin des Papes d'Avignon

Geoffroy, évêque d’Avignon, était propriétaire d’un vignoble à Châteauneuf-du-Pape et prenait grand plaisir à entretenir personnellement les vignes. Mais ce sont les papes, Clément V puis surtout Jean XXII, qui ont réellement permis l’essor de ce vignoble à partir du XIVe siècle. Jean XXII fit construire une majestueuse forteresse sur les hauteurs du village qui devint rapidement la résidence d’été des papes. Grâce à Jean XXII, le vin produit à Châteauneuf-du-Pape gagna sa place à la prestigieuse table du Palais des Papes et obtint rapidement le statut de “Vin du Pape”. Le nectar fut de ce fait dégusté par les personnalités internationales qui se succédèrent en Avignon et sa réputation ne tarda pas à dépasser les frontières nationales.

La bouteille est préférée au tonneau

A partir du XIIIe siècle, le vignoble se développe considérablement et les vignerons du cru font preuve d’un esprit d’innovation remarquable. En effet, ils décident de se démarquer en expédiant en bouteille et en délaissant progressivement le tonneau. C’est une première pour l’époque et cela a un effet retentissant sur la renommée des vins.

Première AOC viticole

Au début du XXe siècle, pour protéger les vins de Châteauneuf-du-Pape, les vignerons décident d'œuvrer pour un renforcement des conditions d’octroi des appellations d’origine. Le Baron Le Roy de Boiseaumarié, vigneron mais également juriste, est sollicité pour mener à bien ce projet ambitieux. Le syndicat des propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape est créé le 4 octobre 1923. Sous la présidence du Baron Le Roy, des règles de production relativement contraignantes sont édictées et acceptées par les vignerons du cru. Grâce à ce travail remarquable, Châteauneuf-du-Pape devient le 15 mai 1936, par décret signé du président Albert Lebrun, la première AOC viticole de France (avec Arbois, Tavel, Cognac, Cassis et Monbazillac).

Un flacon emblématique

Les splendides productions de cette AOC méritaient bien évidemment un écrin à leur mesure. En 1937, la bouteille armoriée est créée. L’écusson symbolise une tiare papale placée au-dessus des clés de Saint-Pierre et l'inscription “Châteauneuf-du-Pape contrôlé” l’entoure en lettres gothiques. Cette bouteille à très forte identité porte fièrement la personnalité des vins de Châteauneuf-du-Pape et contribue très largement à leur notoriété.

Un terroir exceptionnel

C’est dans le département du Vaucluse, entre Orange et Avignon, que se trouvent les 3200 hectares de l’appellation. Le vignoble s’étend sur les cinq communes de Bédarrides, Courthézon, Orange, Sorgues et bien sûr Châteauneuf-du-Pape. Adossée sur son flanc ouest au Massif du Lampourdier, l’AOC trône majestueusement au cœur de la plaine du Comtat Venaissin. Le sous-sol, marqué par l’histoire tumultueuse du Rhône, est composé majoritairement d’argile rouge mais aussi de roches calcaires à l’ouest et de sols de coteaux sableux à l’est.

Le vignoble se distingue par les fameux galets roulés qui restituent aux grappes la chaleur emmagasinée durant la journée et qui empêchent le développement de certaines maladies en favorisant l’évaporation de l’eau à leur contact. Ces galets apportent ainsi leur contribution au mûrissement idéal des baies.

Localisé dans le secteur le moins arrosé des Côtes du Rhône, le vignoble profite pleinement de son climat méditerranéen chaud, sec et venteux. Le niveau de précipitations, particulièrement réduit sur le secteur, permet de limiter les maladies de la vigne.

Traditionnellement, treize cépages peuvent entrer dans la composition du fameux nectar: grenache (noir,  blanc, gris), syrah, mourvèdre, cinsault, clairette (blanche, rose), vaccarèse, bourboulenc, roussanne, counoise, muscardin, picpoul (blanc, gris, noir), picardan et terret noir. Chacun de ces cépages présente ses caractéristiques propres et les vignerons ont tout loisir de sélectionner dans ce catalogue très vaste pour élaborer leurs vins. 

Concrètement, le grenache est aujourd’hui majoritaire dans la réalisation des vins de Châteauneuf-du-Pape lui apportant puissance et potentiel de garde mais, dans un souci permanent d’équilibre, les vignerons le marient en général avec la syrah, le mourvèdre ou le cinsault.

Afin de garantir une qualité très élevée, la vigne de cette AOC est l’objet de toutes les attentions. Les contraintes imposées et réglementées sont nombreuses et variées (vendange à la main, tri des baies, taille, rendement limité à 35 hl/ha, vendange en vert, …). Le vignoble présente en outre une très faible densité de plantation de l’ordre de 3000 à 3500 pieds à l’hectare ce qui laisse l’espace nécessaire aux vignes conduites en “gobelet”.

 

Vignoble Châteauneuf-du-Pape galets roulés et vigne en gobelet

 

Respect de l'environnement

Comme nous l’avons déjà précisé, le cahier des charges de l’AOC impose déjà des contraintes importantes mais les techniques de culture tiennent de plus en plus compte de la préservation de l’environnement. Ainsi, la “confusion sexuelle” est très courante depuis une quinzaine d’années pour empêcher le développement du vers de la grappe. Cette méthode consiste à implanter, dans les parcelles de vigne, des diffuseurs émettant des hormones en surabondance afin de désorienter les vers mâles et ainsi empêcher leur reproduction.

La qualité des baies est primordiale

A Châteauneuf-du-Pape, les raisins sont impérativement vendangés à la main puis triés et on ne conserve que les baies arrivées à pleine maturité et en parfait état. Certains vignerons réalisent même un double tri lors de l’entrée de la récolte vendangée à la cave. Pour être considérés à bonne maturité, les raisins doivent présenter une richesse en sucre inférieure à un seuil défini pour le cépage (exemple: 216 grammes par litre de moût pour le grenache).

Les chiffres en quelques mots 

Aujourd’hui, les rouges représentent 93% de la production et les blancs 7%. On dénombrent 280 exploitations et la production annuelle moyenne entre 2011 et 2020 s’élève à 92 320 hectolitres. Un tiers de la surface de l’AOC est conduit en viticulture biologique et les deux tiers des ventes sont à l’export.

 

Nous vous invitons dès à présent à découvrir nos deux magnifiques représentants de cette belle appellation disponibles en demi-bouteilles.

Commentaires

Log in or register to post comments